L’art en fusion de Frida Kahlo et Diego Rivera

Ils incarnent le couple d’artistes mexicains le plus célèbre du XXe siècle. De leur union tumultueuse va naître une création artistique intense, en particulier pour Frida. De cet art en fusion, le musée de l’Orangerie en a fait son sujet en leur consacrant une exposition. Malgré la présence de quelques œuvres majeures de Frida Kahlo, la scénographie s’avère décevante, le nombre de toiles limité et la dimension fusionnelle du couple absente.

Leur histoire est pourtant digne d’un roman. Quand ils se rencontrent en 1928, Frida Kahlo a 21 ans, Diego Rivera le double. Lui est déjà une référence internationale, elle n’aspire qu’à l’être. Le mariage, celui « d’un éléphant avec une colombe » aux dires du père de Frida, est célébré un an plus tard. Tout en Diego est démesuré : son physique, son énergie, sa capacité de travail. Frida l’admire, il est son maître.

De leur union tumultueuse va naître une création artistique intense, en particulier pour Frida, mais aussi de la souffrance. D’abord, à cause d’un très grave accident à l’âge de 19 ans, Frida devra subir toute sa vie de très nombreuses opérations et de longs séjours à l’hôpital. Elle avortera deux fois et restera traumatisé par cet épisode. Ensuite, parce que Diego est volage. Il aime les femmes et ne peut leur résister, ce qui le conduira à tromper Frida avec sa propre sœur, Cristina. Elle se vengera de son infidélité avec le célèbre révolutionnaire Léon Trotski. Toujours dans l’ombre de son époux, supportant ses infidélités, la jalousie, Frida exorcise sa douleur sur la toile.

Très engagée politiquement elle défend aussi l’émancipation des femmes et même sa bisexualité qu’elle partagera avec la célèbre photographe Tina Modotti, ainsi qu’avec Chavela Vargas, chanteuse mexicaine. La rupture avec Diego est consommée. Le couple divorce. Un an. En 1938, grâce à André Breton, Frida va enfin pouvoir exposer ses œuvres dans la célèbre Galerie Julien Levy à New York. Elle aura d’ailleurs à cette époque des aventures avec le photographe Nickolas Muray et le sculpteur Isamu Noguchi.

Le 8 décembre 1940, Diego et Frida se remarient. La santé de Frida empire de jour en jour. En 1954, elle est atteinte d’une grave pneumonie. Elle continue quand même à peindre mais ses forces l’abandonnent le 13 juillet 1954 dans sa « Maison Bleue »  de Coyoacán. Elle a 47 ans. Le 14 juillet au crématorium, Diego sortira un carnet de croquis et fixera à jamais sa douleur : l’envol de sa colombe emportée par les flammes…… C’est presque un total de 150 tableaux qui lui sont attribués, dont beaucoup d’autoportraits, et qu’elle a peints inlassablement, faisant d’elle-même une sorte d’icône.

Pour en savoir plus sur Frida Khalo, vous pouvez visionner le film Frida qui a le mérite d’être fidèle à la vie de l’artiste.

Les biographies ne manquent pas :

  • Herrera Hayden, Frida, Le livre de poche, 1983. La plus documentée.
  • Jamis Rauda, Frida Kahlo, Babel, 1985.
  • Kettenmann Andrea, Kahlo, Taschen, 2000. Les reproductions sont de qualité correcte.
  • Le Clézio Jean-Marie, Diego et Frida, folio, 1993.

Son journal intime a également été publié aux éditions du Chêne ainsi que ses lettres écrites entre 1922 et 1954.

 

Un commentaire

Les commentaires sont fermés.