Campagne Plan France 2013 : dénoncer les mariages précoces

A l’occasion de la 2e Journée internationale des filles, le 11 octobre dernier, Plan France a lancé une nouvelle campagne de sensibilisation aux droits des filles. Le thème retenu : le phénomène des mariages précoces. Un sujet loin d’être anecdotique puisqu’une fille sur trois se marie avant ses dix-huit ans dans les pays en développement. Si la coutume de marier les filles dès leur plus jeune âge est très répandue en Asie du Sud et en Afrique subsaharienne, on observe au Moyen-Orient, en Afrique du Nord et dans d’autres parties d’Asie, des unions dès ou peu après la puberté chez des populations au style de vie traditionnel. Dans certains pays d’Amérique latine et certaines zones d’Europe orientale il est également fréquent que les jeunes filles se marient entre 16 et 18 ans.

S’assurer une survie économique

L’une des causes principales du mariage précoce est la pauvreté. Dans certaines familles, la jeune fille peut représenter une charge et son mariage avec un homme bien plus âgé (quelquefois un vieillard), usage répandu dans certaines sociétés du Moyen-Orient et de l’Asie du Sud, est une stratégie de survie familiale considérée parfois même comme avantageuse pour la jeune fille. Dans les sociétés traditionnelles d’Afrique subsaharienne, il arrive que la famille de la future mariée reçoive du bétail de la part du promis ou de ses parents pour prix de leur fille. Une étude récente portant sur cinq villages égyptiens très pauvres a constaté que les filles étaient souvent mariées, par l’entremise de courtiers, à des hommes bien plus âgés des riches pays pétroliers du Moyen-Orient. Au Bangladesh, on persuade des parents écrasés par la misère de se séparer de leurs filles au moyen de promesses ou de simulacres de mariage qui sont en fait des pièges pour prostituer les filles à l’étranger.

Protéger sa fille

Le mariage précoce obéit aussi à d’autres calculs dans les sociétés sous tension. Dans certains pays africains, la crainte du VIH pousse les hommes à rechercher de jeunes partenaires vierges, et donc « sûres ». Un motif important pour marier les filles de bonne heure est la prévention de relations sexuelles préconjugales. De nombreuses sociétés attachent une grande valeur à la virginité avant le mariage; cela peut se traduire par certaines pratiques destinées à « protéger » les filles de rapports sexuels non autorisés, lesquelles consistent généralement en des contrôles stricts. Une fille peut, par exemple, être coupée de toute vie sociale extérieure à la famille et subir des contraintes vestimentaires. En Afrique du Nord-Est et dans certaines régions du Moyen-Orient en particulier, le contrôle peut aller jusqu’aux mutilations sexuelles féminines (MSF), comme l’infibulation destinée à empêcher la pénétration, ou l’excision destinée à réduire le plaisir sexuel et la tentation. Dans certaines sociétés les parents retirent les filles de l’école dès les premières règles par crainte des risques encourus par la fréquentation des élèves ou des professeurs masculins. Ces usages visent tous à protéger les filles des approches des hommes, mais pour des parents inquiets le mariage représente le mode de « protection » suprême.

L’absence d’adolescence

Le mariage précoce prive une fille de son adolescence. L’idée d’une période d’adolescence allant de la puberté à l’âge adulte est étrangère à beaucoup de sociétés traditionnelles qui considèrent qu’une fille pubère pouvant concevoir un enfant est donc une « femme ».

Des conséquences dramatiques

Le mariage précoce plonge souvent les jeunes mariées dans la détresse, et un nombre incalculable d’entre elles demanderaient de l’aide si elles pensaient pouvoir en trouver. En Afghanistan, certaines s’immolent par le feu pour fuir leur désespoir. Car les conséquences d’un mariage précoce pour une fille sont dramatiques : outre le sentiment d’abandon, elle peut être soumise à des situations de violence face auxquelles elle est totalement démunie. Sur le plan de la santé, les jeunes filles ne reçoivent que très rarement des soins médicaux et les rapports sexuels forcés ont des effets catastrophiques tant sur le plan physique que psychologique. Elles sont très peu également à avoir accès à la contraception. Or, dans le monde entier, la grossesse est la principale cause de mortalité chez les filles entre 15 et 19 ans (mariées ou non). Dans ce groupe d’âge, le risque de mourir des suites d’une grossesse est de 20% à 200% plus élevé que pour les femmes entre 20 et 24 ans; il est cinq fois plus élevé pour les filles de moins de 15 ans que pour les femmes d’une vingtaine d’années. Enfin, mariées très jeunes, les filles se trouvent de fait privées d’éducation et placées dans une situation de dépendance totale envers leur mari et leur belle-famille.

Une lueur d’espoir ?

Si les gouvernements restent silencieux sur cette pratique du mariage précoce, certaines jeunes filles osent affronter tous les dangers pour sortir de cette situation. Sahar Gul, une jeune afghane, mariée de force à douze ans, séquestrée et torturée, vient de faire condamner sa belle-famille. Une autre jeune fille, yéménite, Nojoud Ali avait fait la Une des journaux en 2008 en obtenant à l’âge de dix ans en justice un divorce historique, rompant ainsi avec la tradition tribale.

Source : Le mariage précoce, Unicef.

Pour aller plus loin, lire « Ces petites filles que l’on marie ».

Pour soutenir la campagne Plan France 2013, likez la page facebook et voir le web-documentaire.

 

Un commentaire

Les commentaires sont fermés.